L’annonce du géant fashion du e-commerce anglais ASOS a fait l’effet d’une bombe. Une cabine d’essayage en pleine rue fonctionnant comme un point-relais, forcément, ça ne passe pas inaperçu ! Concrètement ? On commande en ligne, on va retirer son colis dans une « ParcelPod », on essaye le vêtement et, s’il ne convient pas, on le laisse tout simplement là. Une petite révolution en somme, combinant le concept du Click & Collect avec une vraie cabine d’essayage !

ParcelPod-local-letterbox-asosL’idée, déjà très sympa pour le consommateur en terme de praticité et de sécurité d’achat (« je le prends, je le prends pas ?.. j’hésite au niveau de la taille, et si jamais ça ne m’allait pas… »), devient franchement idéale pour l’enseigne. Il faut savoir qu’en Angleterre, pas moins de 22% des commandes Internet sont retournées à l’envoyeur, entraînant une perte de 850 millions de livres sterling par an. Un phénomène, baptisé « Week-end Zalando » par les Allemands, est même apparu : des clientes, ne sachant pas quelle taille ou coloris prendre, commandent en masse dans l’optique de garder uniquement celui qui leur convient, et de renvoyer tout le reste ! La ParcelPod, un bon moyen pour ASOS, donc, de limiter les coûts de retour, mais aussi les coûts logistique.

500 de ces « ParcelPods » vont être installées partout en Angleterre d’ici fin 2014 par leur papa, l’opérateur Local Letterbox, qui a imaginé le concept pour la marque de mode d’Outre-Manche. Les cabines d’essayage urbaines devraient être placées à des endroits stratégiques, où le trafic est important. Un conseiller de vente sera présent en permanence pour guider les clientes dans leurs choix, si besoin est.

En s’attaquant au problème majeur des sites spécialisés dans l’habillement, à savoir l’incapacité d’essayer les produits, ASOS fait preuve d’une clairvoyance et d’une audace considérables. Deux questions restent toutefois en suspens : les autres enseignes reprendront-elles le concept à leur compte ? Et surtout, à quand les ParcelPods dans les rues françaises ?!